Un appel pressant

Le 2 août 2017  était le jour où on a dépassé en théorie la capacité des écosystèmes de la planète de fournir à l’humanité des ressources renouvelables. Cette mesure, calculée à chaque année par le Global footprint network (www.globalfootprintnetwork.org) est basée sur un indicateur développé il y a une vingtaine d’années appelé l’empreinte écologique. Au-delà de son effet médiatique facile à vulgariser car il nous dit combien de planètes il nous faudrait pour continuer à vivre au même rythme, l’empreinte écologique est une approximation qui est très fortement déterminée par les émissions de CO2. Comme tout le monde le sait, ces émissions dépassent la capacité de la végétation terrestre et des océans pour l’absorber, ce qui fait que sa concentration augmente à chaque année un peu plus, accélérant d’autant les changements climatiques. La date de dépassement de la capacité terrestre signale l’urgence de réduire notre empreinte écologique pour éviter de franchir les limites planétaires.

 James Hansen est un des climatologues les plus connus au monde. Chercheur au Goddard Institute for Space Studies de la NASA pendant 43 ans, il est aujourd’hui professeur à l’Université Columbia de New-York.  Avec 14 collègues climatologues, il a publié le 25 juillet dans la revue Earth Systems Dynamics un long article qui nous rappelle une vérité qui dérange. Nous ne sommes pas du tout sur la voie de la stabilisation du réchauffement. C’est même tout le contraire. C’est d’ailleurs la même chose que disent David Viktor et ses collègues dans la revue Nature du 1er août. Les réductions promises par les pays ayant ratifié l’Accord de Paris sur le climat ne vont pas assez vite (http://www.nature.com/news/prove-paris-was-more-than-paper-promises). Les conséquences d’un réchauffement dépassant deux degrés auront comme conséquence de fragiliser la capacité des écosystèmes de la planète à nous fournir des ressources renouvelables. Avec l’augmentation prévue de la population planétaire qui devrait dépasser 10 milliards de personnes avant la fin du siècle, c’est un luxe que nous ne pouvons pas nous offrir.

Ces trois sources vont dans le même sens. Il faut agir plus vite et plus fortement, partout dans le monde. Pour y parvenir, il faudra resserrer les normes de consommation des véhicules, augmenter la proportion d’énergie de sources renouvelables, améliorer l’efficacité énergétique, réduire la consommation de viande et bien d’autres actions qui réduiront  nos émissions de gaz à effet de serre et notre empreinte écologique par la même occasion.

L’équipe de Hansen va plus loin en proposant d’augmenter fortement la captation du carbone. Selon eux, il faudrait retirer ainsi de l’atmosphère au moins 150 milliards de tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions de 4 années complètes au rythme actuel, pour espérer stabiliser le climat au dessous de 2 degrés C et atteindre l’objectif de l’accord de Paris. Cela peut se faire en replantant des forêts sur les zones où elles ont disparu, enle couplant l’utilisation de bioénergie (agrocombustible ou biomasse forestière résiduelle) et de séquestration du carbone, en fertilisant les sols avec du charbon de bois et en appliquant d’autres mesures permettant de faire passer le CO2 de l’atmosphère dans les écosystèmes ou dans la croute terrestre.

Depuis près de 15 ans, nos recherches sur la séquestration du carbone dans la forêt boréale, l’empreinte carbone du matériau bois et l’utilisation énergétique de  la biomasse forestière résiduelle nous ont permis d’apporter notre modeste part de réponses à cette grande question. Le grand public peut faire sa part et diminuer son empreinte écologique en participant à Carbone boréal (http://carboneboreal.uqac.ca).

Pour répondre à l’appel pressant des scientifiques et réduire vraiment notre empreinte écologique, il faudra plus de recherches et plus d’actions concrètes. À  vous de jouer !

Claude Villeneuve
Professeur titulaire
Directeur de la Chaire en éco-conseil
Département des sciences fondamentales
Université du Québec à Chicoutimi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


4 + = onze