Archives pour la catégorie Actualités

Une reconnaissance internationale

La recherche prend toujours beaucoup de temps pour apporter ses fruits. Pour ma part, j’ai formulé des hypothèses qui ont mis jusqu’à dix ans avant de donner des résultats concluants. Et encore, entre les résultats et la publication dans une revue spécialisée, il faut encore compter des mois et quelquefois des années. Heureusement, ce n’est pas toujours le cas. Tout le monde n’a pas la patience de développer un champ de travail à partir de zéro ou presque.

 Lundi 17 juillet, se tenait au siège des Nations Unies à New-York, un événement dans le cadre du Forum Politique de Haut Niveau, une instance crée après la Conférence Rio +20 pour suivre l’évolution du développement durable et s’assurer de sa mise en œuvre partout dans le monde. Le Programme de Développement Durable à l’Horizon 2030 (PDD-H2030) est entré en vigueur en janvier 2016 après l’adoption en septembre 2015 des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) et de leurs 169 cibles issus du travail colossal résultant de la déclaration du Sommet Rio+20. Lors de cet événement, on a présenté un nouveau portail « Panoplie d’outils pour accélérer la mise en œuvre des ODD » (https://undg.org/2030-agenda/sdg-acceleration-toolkit/) qui regroupe une soixantaine d’outils pour aider les pays, mais aussi les villes, les entreprises et les groupes de citoyens à mettre en œuvre le PDDH-2030. Sous l’égide du Groupe de Développement des Nations Unies et de l’UNICEF, ce portail sera la base d’un réseau d’initiatives alliant le terrain et la recherche.  Deux outils, développés par notre équipe ont été retenus par le comité scientifique qui en a examiné des centaines à l’échelle mondiale : la grille d’analyse de développement durable (GADD) et la fiche de gouvernance du développement durable (FGDD). Cette reconnaissance internationale couronne plus de 25 ans de travail et ouvre des perspectives de recherche au moins pour les quinze prochaines années.

 En effet, grâce au partenariat qui associe la Chaire en éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi et l’Organisation internationale de la Francophonie, ces deux outils ont connu une évolution fulgurante et sont dorénavant utilisés dans une vingtaine de pays, ce qui démontre leur pertinence. Nous pouvons être d’autant plus fiers que cette recherche a été initiée ici, en 1988, avec l’idée de faire du Saguenay-Lac-Saint-Jean un laboratoire de développement durable.

Aujourd’hui, l’équipe de la Chaire en éco-conseil continue à innover avec le soutien de la Francophonie et de divers acteurs du milieu pour développer l’Analyse systémique de durabilité, un champ d’expertise émergent pour lequel nous avons créé un programme court (programmes.uqac.ca/0737) dont la première cohorte terminera son cursus en août. Ce programme unique allie la théorie, la pratique et la communication de la durabilité. Il permet aux étudiants qui le suivent  de maîtriser les outils d’ASD.

 La patience et l’humilité sont des atouts pour ceux et celles qui veulent s’engager à changer le monde. Entre l’intuition qui fait rêver et les réponses qu’on peut partager, il peut s’écouler beaucoup de temps. À chaque jour, il faut tenter de convaincre, se remettre en question, interpréter les faits sans chercher à les cacher s’ils ne font pas notre affaire et surtout conserver un optimisme à tout crin et une détermination sans faille. Il faut aussi reconnaître que nous ne sommes qu’une composante d’un système qui nous dépasse, et qui continuera bien après nous. Aujourd’hui, je pense à tous ceux et celles qui ont travaillé à faire avancer ce grand projet et à toutes celles et ceux que nos travaux aideront à aller plus loin. Sachez que vous avez contribué généreusement et que d’autres contribueront à construire un monde meilleur pour nos enfants et leurs petits-enfants.  Merci

Climatus interruptus ?

Le président Trump a annoncé jeudi le retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris sur le climat que son prédécesseur, Barack Obama avait signé en 2015  et ratifié en 2016. Du même souffle, il a annoncé son intention d’en renégocier les conditions à l’avantage des Américains. Pas fort le mec !

 Entendons nous bien, malgré ses convictions climato-sceptiques, le clown de Washington ne remet pas en question les changements climatiques. Il considère que les Etats-Unis ont fait une mauvaise affaire et que cela va leur coûter cher. « Une blessure à notre compétitivité » a-t-il déclaré…  « C’est un complot pour exploiter les citoyens américains »… « J’ai été élu pour protéger les citoyens de Pittsburg, pas ceux de Paris ».

 En 2001, à peine en poste, le président Georges W. Bush avait refusé de ratifier le Protocole de Kyoto. À la différence de l’Accord de Paris, le Protocole de Kyoto n’avait pas été ratifié par le gouvernement américain et il couvrait seulement les émissions d’une trentaine de pays alors que l’Accord de Paris a été signé par l’ensemble des pays membres des Nations Unies et ratifié par la plupart avant la fin de 2016. Le 1er juin, les Etats-Unis ont trahi leur parole, comme le Canada de Stephen Harper l’avait fait en 2011. Est-ce grave ? Oui et non.

 L’accord de Paris a une portée universelle, mais il n’est pas contraignant. Les pays se sont fixés des cibles appelées poétiquement « Contributions Prévues Déterminées au niveau National» (CPDN). Ces documents d’engagement comportent pour chacun des pays signataires des cibles de réduction d’émissions, des mesures d’adaptation et des promesses de contributions au fonds mondial du climat pour aider les pays en voie de développement  à faire face au défi de l’adaptation et de la transition vers une économie plus « verte » donc moins intensive en émissions de gaz à effet de serre. En gros, il y a un engagement de politique intérieure et un engagement de politique extérieure. Tout le monde a accepté de faire rapport aux cinq ans des progrès accomplis et de réviser les CPDN au besoin.

 Depuis son arrivée au pouvoir, Trump a posé une série de gestes pour réduire la portée de sa politique intérieure de lutte aux changements climatiques. Sa dernière proposition budgétaire va aussi dans ce sens. Il aurait pu continuer ainsi et maintenir les Etats-Unis dans l’Accord de Paris. Il aurait simplement raté sa cible de réduction lors du rapport de 2022. L’accord n’étant pas contraignant, il aurait simplement eu l’air d’un « mauvais élève » aux yeux de la communauté internationale. Bref en termes climatiques, le mal est déjà fait.

 En revanche, le refus de verser la contribution des Etats-Unis au fonds du climat est pas mal plus sérieux. Soit les autres pays devront compenser, soit il y aura un déficit de fonds pour aider à financer la transition énergétique des pays en développement et la protection de leur population. C’est l’essence du discours de Trump : « Ne pas sacrifier un sou de la prospérité américaine aux bougnouls ». C’est déplorable, mais c’est cohérent. Il peut dire qu’il a été élu en promettant cela. Tant pis pour les perdants.

 L’effet sur le climat mondial de ce retrait est très incertain. Il dépend de la réaction de la communauté internationale et celle-ci, en particulier l’Europe, le Canada et la Chine semblent fermes. L’effet de Trump sera probablement un simple remous dans la rivière. Si tout le monde se tient, les Etats-Unis seront simplement déclassés. Les Chinois leur vendront des panneaux solaires et des voitures électriques. Les entreprises et les états qui ont commencé leur transition manifestent leur opposition à la décision présidentielle. Il n’est pas bon pour l’économie de changer les règles du jeu !

 « Le déclin de l’empire américain » semble devenir inéluctable. La présidence de Trump restera-elle anecdotique ou sera-elle déterminante ? L’avenir saura nous le dire.

Claude Villeneuve
Professeur titulaire
Directeur de la Chaire en éco-conseil
Département des sciences fondamentales
Université du Québec à Chicoutimi

Un nouvel espace pour le solaire

La production d’électricité photovoltaïque se développe à grande vitesse dans le monde à mesure que son prix se rapproche de plus en plus des autres sources d’électricité renouvelable. En revanche, elle présente deux limites fondamentales. La première tient au caractère « interruptible » de la source d’énergie. En effet, même si le Soleil ne cesse jamais d’émettre de l’énergie, la rotation de la Terre crée l’alternance jour/nuit. L’approvisionnement doit donc être géré en conséquence. Cela implique des opérations d’équilibrage du réseau et des batteries permettant d’accumuler l’énergie et de la restituer au besoin. Le deuxième handicap de l’énergie solaire est qu’il faut de grandes surfaces pour installer les capteurs. La production d’électricité photovoltaïque entre ainsi potentiellement en compétition avec d’autres activités indispensables à l’humanité comme l’agriculture. Bien sûr, il y a des accommodements possibles en installant les capteurs sur le toit des bâtiments par exemple, mais cela limite le potentiel d’installer de grandes puissances.

 La Chine est le pays qui développe le plus rapidement sa capacité de production d’électricité de source renouvelable, particulièrement dans le domaine du solaire. Le pays, qui a basé son approvisionnement sur le charbon dans les années 1990-2000 avec les conséquences de pollution de l’air que tout le monde connaît, investit maintenant massivement dans l’éolien et le solaire, sa capacité hydroélectrique étant limitée. Le déploiement des premières grandes centrales de production photovoltaïques se sont faites en milieu désertique, mais les distances de transport augmentent les coûts. Un nouvel espace semble prometteur pour augmenter la production près des centres de consommation : la surface de l’eau. Un peu comme on peut produire de l’électricité offshore avec de grands parcs d’éoliennes, on peut installer des panneaux photovoltaïques à la surface de l’eau. D’ailleurs, le plus grand parc de ce type vient d’être inauguré près de la ville de Hainan. Avec sa puissance de 40 MW, il peut produire suffisamment d’électricité pour répondre aux besoins d’électricité de   46 000 personnes dans ce pays. Ironie du sort, le dispositif a été installé sur le site d’une ancienne mine de charbon inondée.

 Les installations photovoltaïques flottantes existent depuis une dizaine d’années, mais la plus grade jusqu’à maintenant a une puissance de 6,3 MW en Angleterre et une autre sera inaugurée au Japon l’an prochain avec une puissance de 13,7 MW. Les centrales photovoltaïques flottantes ont l’avantage d’être plus efficaces en raison de l’effet refroidissant de l’eau. Elles peuvent aussi limiter l’évaporation sur des réservoirs, mais surtout, elles utilisent des espaces sans engendrer de conflits.

 Avec 1,9 milliards US, la Chine investit annuellement deux fois plus que les Etats-Unis dans l’énergie renouvelable. Cette différence risque seulement d’augmenter avec le récent retrait du président Donald Trump de l’Accord de Paris sur le climat. L’investissement crée la demande pour les équipements qui crée des opportunités d’implantation d’usines, d’emplois spécialisés et d’innovations. C’est un cercle vertueux. Avec son immense marché intérieur et son gouvernement autoritaire qui dirige l’économie, il est évident que les Chinois domineront rapidement le marché mondial. Les bénéfices pour la qualité de l’air et la santé publique sont probablement ancillaires dans la décision du gouvernement chinois, mais ils ne pourront que profiter à la population et à l’environnement planétaire.

 D’ailleurs, la Chine a maintenu son adhésion à l’Accord de Paris et a même prévu de devancer l’atteinte de son horizon de stabilisation des émissions de gaz à effet de serre. C’est très encourageant et cela met encore plus en évidence le ridicule de la position des Etats-Unis. « On est en 2017 ! » comme dirait un autre !

Claude Villeneuve
Professeur titulaire
Directeur de la Chaire en éco-conseil
Département des sciences fondamentales
Université du Québec à Chicoutimi

Une clé pour la durabilité

L’année scolaire se termine et pour les enseignants, le  temps est au bilan avant les vacances réparatrices. Je voudrais souligner leur engagement et leur dévouement dans des conditions pas toujours faciles. Mais il faut accorder à César ce qui appartient à Jules comme le disait Astérix.  Sans le travail des éducateurs, le développement durable ne sera jamais une réalité.

 Dans le rapport 2016 sur les Objectifs de développement durable (ODD) qui sera proposé à la réunion du Forum politique de haut niveau des Nations Unies dans un mois, les progrès de divers indicateurs sont recensés. Le quatrième des ODD stipule qu’il faut assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie. Malgré des progrès certains sur le plan de l’alphabétisation un peu partout dans le monde, il reste des endroits préoccupants comme l’Afrique subsaharienne où des millions d’enfants, et en particulier des filles, sont privés d’accès au primaire. Dans d’autres pays, la majeure partie de l’enseignement est assuré par le privé, ce qui empêche les plus pauvres d’y accéder. La scolarisation secondaire est encore déficiente et les études supérieures sont réservées à l’élite. C’est une situation comparable à celle que nous vivions au Québec en 1950. Heureusement, la révolution tranquille a profondément changé les choses et permis que notre société soit aujourd’hui mieux équipée que jamais pour relever les défis du développement durable.

C’est en effet par le monde de l’éducation qu’on peut transformer durablement une société. Il faut bien sûr du temps. En éducation, les progrès sont quelquefois mesurables seulement à l’échelle d’une génération. À titre d’exemple, j’aimerais évoquer l’éducation relative à l’environnement (ERE), qui a été le fil conducteur de ma carrière.

Les personnes qui ont connu les décennies 1960-1970 se souviendront que le Québec était un paradis de la pollution selon le titre d’un livre publié par Jean-Pierre Rogel en 1981. Les premiers projets d’épuration des rejets industriels datent de la fin des années 1970. Avant, tout était rejeté dans l’air ou dans l’eau, on ne se préoccupait pas de la qualité des sols ni des impacts sur la santé des contaminants.  Au niveau domestique, les déchets étaient jetés en pleine nature ou brûlés au dépotoir. Les égouts se déversaient dans le cours d’eau le plus proche et on construisait des routes en remblayant des milieux humides. Ce sont des choses qui sont inimaginables aujourd’hui. Pourquoi ? Bien sûr, les règlements ont changé, mais surtout l’attitude des gens envers l’environnement a changé à mesure que se développaient des formations plus spécialisées, mais aussi à mesure qu’on introduisait dans le curriculum des écoles primaires et secondaires des initiatives d’ERE pour tous.

J’ai souvenir d’avoir créé des outils d’ERE dès 1983 avec la direction des cours par correspondance du Ministère de l’éducation. D’abord un premier cours puis un second en 1989 plus avancé qui a été suivi par plus de 1000 étudiants. J’ai aussi fait partie du CA de Environnement Jeunesse pour produire du matériel destiné à favoriser l’ERE dans les écoles et les CEGEP. En 1989, nous avons créé l’Association québécoise pour la promotion de l’ERE. En 1993, grâce à l’engagement de la Centrale de syndicats du Québec, le mouvement des établissements verts Brundtland est né. Ces deux organismes ont été à l’origine du premier sommet Planèt-ERE en 1997. Chacune de ces initiatives a été rendue possible grâce au travail des enseignants.

Aujourd’hui, le Forum Planèt-ERE en est à sa sixième édition. Le thème est la promotion des saines habitudes de vie. C’est encore une fois par l’école et avec les éducateurs que nous arriverons à changer durablement notre société pour le mieux-être de tous, dans un environnement plus sain. Merci à toutes celles et ceux qui nous forgent un avenir meilleur.

Claude Villeneuve
Professeur titulaire
Directeur de la Chaire en éco-conseil
Département des sciences fondamentales
Université du Québec à Chicoutimi

Les étés meurtriers

Une canicule mortelle se définit comme une période de chaleur durant laquelle les autorités sanitaires enregistrent une surmortalité, c’est-à-dire un nombre de décès significativement plus élevé que la moyenne. En effet, on peut réellement « mourir de chaud ». Les personnes les plus susceptibles d’être victimes de ce genre de condition climatique sont naturellement celles dont la santé est fragilisée par la vieillesse ou par des maladies chroniques. Mais les coups de chaleur affectent aussi des travailleurs, des enfants et la chaleur accentue les effets toxiques des polluants atmosphériques. Les plus démunis ne disposent pas toujours de moyens pour se protéger de la chaleur ou pour s’hydrater correctement. Ils occupent aussi souvent des emplois pénibles ou exposés.

Dans les pays du Sud, même si la chaleur est souvent accablante, les populations traditionnellement rurales ont appris à adapter leurs comportements pour éviter ses effets pernicieux. Mais avec l’urbanisation débridée qui accompagne leur expansion démographique, les exigences du travail industriel, la précarité des logements et de la fourniture électrique, les savoirs traditionnels ne servent plus à grand chose. D’ailleurs, on enregistre de plus en plus de canicules mortelles dans toutes les grandes villes des pays en développement. C’est ce que nous apprend un article paru dans Nature Climate Change (https://www.nature.com/nclimate/journal/vaop/ncurrent/full/nclimate3322.html) qui a recensé 1 949 études liant chaleur excessive et mortalité, portant sur 164 villes de 36 pays, pour déterminer les conditions climatiques (température, humidité) au-delà de laquelle survient une surmortalité. Environ 15% de la surface terrestre mondiale, regroupant un tiers de la population, connaît déjà au moins 20 jours par an au-dessus de ces conditions. Parmi les zones les plus exposées, on trouve une partie de l’Afrique subsaharienne, le sud de la péninsule arabique, le nord de l’Inde, l’Asie du sud-est et le nord de l’Australie. Mais les pays du Nord ne sont pas à l’abri comme l’ont démontré les épisodes de canicule mortelle qui ont affecté l’Europe en 2003 avec 70 000 victimes et la Russie en 2010 où on a enregistré une surmortalité de 10 200 personnes rien qu’à Moscou. À Montréal, l’Institut national de santé publique suit le dossier de près.

Les chercheurs ont projeté l’évolution du climat d’ici la fin du siècle selon les scénarios retenus dans le dernier rapport du GIEC. Avec le plus optimiste, qui suppose que les engagements pris par les pays dans l’Accord de Paris soient multipliés par cinq d’ici la fin du siècle, la température n’augmenterait en moyenne que de 1,7 ˚C à l’horizon 2100. Cela peut sembler modeste, mais 47,6% de la population mondiale serait alors affectée. Certaines zones dans les pays du Sud  seraient confrontées à ce danger toute l’année. Le sud-ouest des Etats-Unis et le sud de l’Europe, dont l’Italie qui dépasserait les 50 jours de canicule mortelle par an, devraient prendre des mesures énergiques pour s’adapter. Le scénario Trump, qui consiste à ne rien faire mettrait en danger 73,9% de la population mondiale, qui connaîtrait plus de 20 jours par an d’une chaleur pouvant entraîner une surmortalité

Bien sûr, une prévision n’est pas une fatalité. Il passera beaucoup d’eau dans nos rivières d’ici 2100, mais les enfants qui naissent aujourd’hui ont, au Québec, une espérance de vie qui leur permettra de vérifier si les experts ont dit vrai. Il faut retenir que les étés meurtriers risquent de se multiplier. Il y a donc un impératif d’adaptation pour agir en amont comme a commencé à le faire la ville de Montréal.

Le territoire québécois est peu susceptible d’être parmi les plus affectés, mais ce n’est pas une raison pour ne pas prendre les mesures pour éviter d’émettre plus de GES. Pensez-y la prochaine fois que vous verrez une auto tourner à vide sur un stationnement, surtout si c’est la vôtre !

Claude Villeneuve
Professeur titulaire
Directeur de la Chaire en éco-conseil
Département des sciences fondamentales
Université du Québec à Chicoutimi

Le recyclage et les changements climatiques

« Est-ce que le recyclage des matières résiduelles peut contribuer à la lutte aux changements climatiques ? » À la Chaire en éco-conseil, cette question nous intéresse depuis plus de 10 ans. Nous avons réalisé plusieurs projets de recherche sur le sujet, à commencer par le projet « ComposTable » en 2006. Nous avons aussi évalué les bénéfices de l’épandage agricole des biosolides municipaux de Ville Saguenay sur les émissions de gaz à effet de serre (GES), les réductions d’émissions liées à la substitution de carburants par la biomasse forestière résiduelle dans la Matapédia, au bioséchage des résidus verts et des boues d’abattoir et à diverses utilisations des biosolides de papetières. Toutes les utilisations de matières résiduelles organiques pour le recyclage se sont avérées préférables à l’enfouissement pour le climat. Tant mieux pour le bac brun. Mais la question demeure ouverte pour d’autres matières destinées au bac bleu. Papier, métaux, textiles, plastiques, verre demandent des analyses sérieuses au-delà de la simple affirmation vertueuse. Si on prend en considération le transport, le tri, le recyclage lui-même, on peut avoir des surprises !

 Par exemple, depuis trois ans, une de nos équipes travaille à un mandat du Ministère du développement durable de l’environnement et de la lutte aux changements climatiques (MDDELCC) concernant la gestion des matières résiduelles dans les communautés nordiques isolées du réseau routier. Notre rapport a été remis le 15 mai dernier et sera mis en ligne par le ministère à la fin de l’été. Une de nos recommandations était d’évaluer les émissions de GES occasionnées par le recyclage si on devait implanter une meilleure gestion des matières résiduelles dans ces communautés. Vaut-il mieux par exemple brûler le plastique et le carton sur place en récupérant la chaleur ou envoyer ce matériel au Sud pour le recycler ?  Bien malin qui peut répondre à cette question ! Il en va de même pour toutes les municipalités du Québec qui doivent recycler une proportion croissante de leurs déchets et participer à la lutte aux changements climatiques.

 La question préoccupe beaucoup de monde. En Europe, par exemple, des tentatives ont été faites de comptabiliser ces émissions, mais les résultats n’étaient pas très robustes. En France, le 31 mai, l’Adème et la Fédération du recyclage ont lancé un logiciel qui permet d’évaluer 10 matières recyclées: ferrailles, métaux (aluminium et cuivre), papier et carton, verre, plastiques (PEHD et PET), textiles et granulats. Ce logiciel, basé sur l’analyse de cycle de vie (depuis la collecte jusqu’à la production de matière secondaire, via le tri et chaque étape de transport)  évalue deux critères : l’énergie primaire consommée et les émissions de GES. L’outil sera fourni gratuitement aux collectivités françaises dès l’automne pour éclairer la prise de décisions. Globalement, le recyclage de ces 10 matières a permis d’économiser 22,5 millions de tonnes de CO2 équivalent en 2014. Cela représente 5% de toutes les émissions du pays. C’est d’autant plus intéressant que seulement 39% des matières recyclables sont effectivement récupérées.

Malheureusement, en raison des données qui diffèrent entre les équipements, les pratiques et les distances en Europe, on ne peut pas transposer ces résultats ici. Ce serait pourtant bien utile pour évaluer la performance de nos politiques de gestion des matières résiduelles dans la lutte aux changements climatiques. Les deux enjeux préoccupent le MDDELCC et interpellent Recyc-Québec, les municipalités et les entreprises. Un tel outil serait absolument nécessaire, par exemple pour évaluer les impacts climatiques d’une extension de la consigne. Sans des données scientifiques solides et pertinentes, de telles décisions risquent d’être contreproductives.

Vers la transition énergétique ?

« L’humanité n’est pas sortie de l’âge de pierre parce qu’il n’y avait plus de pierres. Elle ne sortira pas du pétrole par manque de pétrole !». Cette citation est attribuée à Ahmed Zaki Yamani, ministre de l’énergie d’Arabie Saoudite qui fut l’un des architectes du premier choc pétrolier de 1973.   Cela peut nous inciter à réfléchir à la situation actuelle du Canada qui se débat dans la schizophrénie politique ; à la fois pays exportateur de pétrole disposant d’une des plus grandes réserves au monde et en même temps obligé de s’adapter à des changements climatiques rapides et dévastateurs qui ne feront que s’amplifier dans les prochaines décennies.

Le Canada dispose aussi de très vastes flux d’énergie renouvelable à faible empreinte carbonique. L’eau, le vent, le soleil, la géothermie ou les marées peuvent aisément, avec les moyens modernes de production, de stockage et de transport, être appelés à remplacer les carburants fossiles dans un vaste projet de transition énergétique. Mais comment réaliser cette transition ? C’est cette question à laquelle s’est attaqué le collectif « Dialogue pour un Canada vert », un regroupement indépendant de 71 universitaires canadiens, à la demande de Ressources Naturelles Canada à l’automne 2016.  Leur rapport intitulé « Rebâtir le système énergétique canadien. Vers un avenir sobre en carbone » sera lancé vendredi 26 mai à Ottawa. On pourra le trouver à http://sustainablecanadadialogues.ca/fr/vert/energie à compter de jeudi soir.

 J’ai eu le plaisir de participer à cette réflexion dans un processus très stimulant piloté par l’équipe du professeur Catherine Potvin de l’Université McGill. Le rapport fait le pont entre la prise de décision et les réflexions des universitaires au sujet de l’énergie et des changements climatiques en offrant plusieurs suggestions destinées aux gouvernements canadiens (du fédéral aux municipalités) et aux citoyens pour réaliser cette transition. Malgré le rôle important des ressources naturelles et des technologies, l’enjeu majeur identifié est la gouvernance. En effet, les barrières sociales, politiques et institutionnelles sont le principal frein à la transition énergétique vers une économie sobre en carbone.

Il faut comprendre que dans toute son histoire, l’économie canadienne a été basée sur l’exploitation de ressources naturelles pour des marchés extérieurs. L’abondance de nos réserves de carburants fossiles a profondément marqué à la fois notre mode de vie, nos villes et notre infrastructure industrielle. Cela a des impacts sur l’environnement. Par exemple, la volonté d’exporter le pétrole extrait des sables bitumineux justifie au moins quatre projets de pipelines. Si l’un ou plusieurs de ces pipelines sont construits, la position concurrentielle du pétrole canadien sur le marché mondial sera améliorée, ce qui justifiera l’augmentation de l’extraction de ce dernier et provoquera une augmentation significative des émissions de gaz à effet de serre. Cela rendra d’autant plus difficile l’atteinte des objectifs canadiens consentis dans l’accord de Paris. Quant à la cohérence de tout cela avec la stratégie canadienne de développement durable, il faudra une firme de communication particulièrement créative pour l’expliquer !

Un de mes maîtres à penser, le professeur Francesco di Castri disait « L’abondance des ressources naturelles n’est pas un gage de développement durable, bien au contraire ! ». Notre mode classique de développement basé sur l’utilisation de l’énergie fossile est un lourd atavisme dont il faudra se sortir. Les propositions concrètes et documentées de « Dialogue pour un Canada vert » ouvrent des pistes pour entreprendre sereinement la transition énergétique et mettre en œuvre la mécanique vertueuse du développement durable. Chacun pourra y trouver matière à réflexion.

Claude Villeneuve
Professeur titulaire
Directeur de la Chaire en éco-conseil

« Go West young tree »

Au début du dix-neuvième siècle, on disait aux jeunes hommes qui voulaient sortir de la misère d’aller chercher fortune vers l’Ouest.  Mais pour les arbres, le salut au 21ème siècle ira-t-il dans la même direction ? C’est ce que nous laisse à penser un article paru le 17 mai dans la revue Science advances.

 Pendant longtemps, on a cru que les arbres allaient progresser vers le nord et en altitude  en réponse au réchauffement du climat. L’étude, menée par des biologistes de l’Université Purdue sur 86 espèces d’arbres de l’est des Etats-Unis montre que leur progression dans les trente dernières années s’est plus faite vers l’ouest que vers le nord. En effet, alors qu’aucune des espèces ne montrait de progression vers l’est ou vers le sud, 34% montraient une progression vers le nord à une vitesse de 11 kilomètres par décade, alors que 47% montrent une progression vers l’ouest à un rythme de 15,7 kilomètres par décade, si on considère la période de trente ans. C’est considérable, sachant que lors de la déglaciation la vitesse la plus importante de progression des arbres vers le nord était de 20 kilomètres par siècle ! Mais pourquoi vers l’ouest plus que vers le Nord ?

 Les chercheurs ont identifié que le facteur principal pouvant expliquer cette migration n’était pas l’augmentation de la température, mais bien l’augmentation des précipitations qui est provoquée par l’évolution du climat. Partout où les précipitations augmentent, les arbres progressent. La majorité des arbres qui ont progressé vers l’Ouest sont des feuillus, alors que les arbres qui ont progressé vers le nord sont surtout des conifères. C’est une observation très intéressante qui ne contredit en rien le potentiel de colonisation des territoires nordiques déboisés dans un contexte de réchauffement du climat. Même si l’augmentation des précipitations est relativement faible à l’ouest, ce sont des espèces résistantes à la sécheresse et à croissance rapide qui profitent le plus de cette augmentation.

 La tendance est claire, mais plusieurs facteurs peuvent contribuer à expliquer cette extension des espèces forestières. Dans un premier temps, la forêt de l’est des Etats-Unis est un système complexe fortement influencé par les activités humaines. Pour une bonne part, elle est issue de la reconquête de terrains complètement déboisés il y a plus de cent ans.  La composition des espèces est probablement loin de ce qu’elle était à l’origine. C’est sans compter les routes, l’urbanisation, la déprise agricole ou d’autres activités qui peuvent influencer la vitesse de progression des arbres. On est donc loin des conditions qui prévalaient lors de la déglaciation. Néanmoins, on peut tirer de cette étude des questions de recherche intéressantes qui pourraient alimenter la réflexion sur ce qui se passe pour nos propres forêts.

D’abord, la vitesse à laquelle se produit le phénomène est impressionnante. Est-ce que nous observons quelque chose de comparable au nord de notre forêt commerciale où les perturbations humaines autres que le réchauffement du climat sont négligeables ?  On peut aussi s’interroger sur la façon dont les différentes espèces d’arbres réagiront au changement dans les précipitations au Québec où on prévoit une augmentation annuelle et un déplacement saisonnier s’accentuant avec le réchauffement. Enfin, les calculs de possibilité forestière qui déterminent l’allocation des volumes de bois disponibles pour les industriels devraient-ils être révisés en fonction du climat à venir ?

Les écosystèmes réagissent aux changements climatiques, il n’est plus possible d’en douter. Il faudra plus de recherches pour mieux comprendre ce qui nous attend et il y a vraisemblablement bien des surprises à la clé. Plus que jamais, la science doit précéder la prise de décision pour permettre l’adaptation.

Claude Villeneuve
Professeur titulaire
Directeur de la Chaire en éco-conseil

Splich splatch !

Le printemps 2017 passera sans doute à l’histoire pour le niveau de la crue printanière dans le bassin versant du Saint-Laurent. Outre de nombreuses maisons inondées, les dommages liés à la combinaison des fortes précipitations et de la fonte des neiges ont causé des dommages et des désagréments dont on se remettra sans doute, mais qui nous laissent présager de notre vulnérabilité aux changements climatiques. Et il y a plus.

 La semaine dernière, on a appris que la couverture de glace en mars dernier  dans l’Arctique a été la plus faible jamais enregistrée. Une importante étude signée par 90 scientifiques montre que le réchauffement va beaucoup plus vite que prévu. Les mesures du couvert de glace, de neige et de pergélisol ne cessent de diminuer (https://www.amap.no/documents/doc/Snow-Water-Ice-and-Permafrost.-Summary-for-Policy-makers/1532). Il y a une bonne raison pour cela, la température moyenne de surface de l’Arctique s’est réchauffée de 3 degrés C entre 2000 et 2014. Cela modifie de manière importante la prévision faite dans le cinquième rapport du GIEC en 2013 pour l’augmentation du niveau de la mer. Même si les émissions de gaz à effet de serre progressent selon les trajectoires respectant l’Accord de Paris, l’augmentation minimale du niveau de la mer sera de 52 centimètres d’ici 2100 et pourrait dépasser 75 centimètres. Ce sera catastrophique pour plusieurs villes et communautés localisées sur le littoral. Partout où on est soumis à la marée, de Trois-Rivières jusqu’en Gaspésie, les potentiels d’inondations viendront à la fois des hautes marées et des crues des rivières comme celles que nous vivons ces jours-ci.

 L’enjeu de l’adaptation est crucial. Des villes comme Rotterdam en Hollande, ont déjà envisagé ce problème, non sans raisons ; les terres entourant la ville sont situées jusqu’à 7 mètres sous le niveau de la mer !  La ville a adopté en 2008 un plan d’adaptation aux changements climatiques qui lui permette de rester accessible, sécuritaire, vivable et attractive pour les habitants et les investisseurs en dépit des changements climatiques au 21ème siècle. L’approche de ce plan est systémique, c’est-à-dire qu’elle prend en considération non seulement la protection des infrastructures et la sécurité publique, que les eaux viennent de la mer ou du débordement de la Meuse, fleuve à l’embouchure duquel elle est située. Le défi n’est pas mineur, puisque les infrastructures essentielles de la ville, comme l’usine d’épuration des eaux, les centrales énergétiques, les chemins de fer et la gare sont en dehors de la zone protégée par les digues qui entourent la ville. Son port de mer, un des plus actifs au monde, devra lui aussi rester fonctionnel.  Même si les digues qui protègent la ville au nord et au sud ont été conçues respectivement pour des crues de 10 000 et de 4 000 ans de la Meuse, les experts s’entendent que cela ne sera pas assez en 2100. Même si la ville elle-même est située au dessus de la mer, si le niveau de l’Atlantique cause de débordements par gros temps, les corridors routiers et ferroviaires qui mènent au centre-ville pourraient être coupés. Bref c’est un méchant casse-tête. Les autorités ont donc mis en œuvre un vaste programme qui va de l’installation de clapets anti-retour dans les égouts à la plantation d’arbres. On étudie même la possibilité d’installer des quartiers complets de maisons flottantes qui pourront s’élever sur des pilotis lors des inondations.

 Qu’en est-il chez nous ? On peut toujours appeler l’armée à la rescousse, mais qu’arrivera-t-il lorsque l’eau envahira la rue Dalhousie à Québec ou la zone portuaire de Chicoutimi à la faveur des marées d’équinoxe ? La planification systémique des inondations est un impératif pour l’adaptation aux changements climatiques. On peut s’inspirer de ceux qui s’y consacrent déjà, car cela nous pend au bout du nez.

Claude Villeneuve
Professeur titulaire
Directeur de la Chaire en éco-conseil

Une pilule, une petite granule ?

La chanson du groupe « Mes aïeux » continue avec la litanie des remèdes pour se « remettre sur le piton ». Depuis toujours, la pharmacopée permet aux humains de soigner  diverses infections qui peuvent les affecter ou tout au moins d’en atténuer les symptômes. Parmi les agents infectieux, les virus sont intraitables sauf par des vaccins ou de rares agents antiviraux.  En réalité, seul le système immunitaire peut lutter contre les virus. Les vaccins le préparent à les reconnaître pour les maîtriser, les antiviraux bloquent simplement leur propagation.

Mais qu’est-ce qui caractérise un virus ? Microscopiques parasites composés d’une enveloppe protéique et d’un brin d’acide nucléique, ils sont souvent associés à une espèce d’animal, de plante, de microorganisme ou de bactérie. En dehors de son hôte, cette curiosité du monde vivant n’a pas de métabolisme, c’est-à dire que le virus ne consomme pas d’énergie et n’a donc pas à se nourrir. Cela explique que des virus puissent se conserver indéfiniment dans une éprouvette ou dans la glace. Lorsqu’il réussit à infecter son hôte, le virus s’attache à la surface de certaines cellules dans lesquelles il injecte son ADN, sur lequel se trouve son bagage génétique. L’ADN viral s’insère dans celui de son hôte pour en prendre le contrôle et se reproduire. Dès lors, des millions de copies du virus seront produites et la cellule finira par éclater, répandant les nouveaux virus dans l’organisme. Comme la surface du virus est caractéristique, lorsque le système immunitaire apprend à reconnaître sa signature, il peut le détruire avant qu’il ne fasse ses ravages. Il y a de nombreuses déclinaisons à ce cycle, des virus comme celui de la grippe par exemple, peuvent passer d’une espèce à l’autre ; ils peuvent aussi subir des mutations qui changent les propriétés de leur surface et le système immunitaire est ainsi déjoué. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’un virus est d’autant plus dangereux que le système immunitaire ne l’a jamais rencontré, qu’il se transmet facilement et qu’il est compatible avec les cellules d’un nouvel hôte. Bienvenue à la garderie !

 Les chercheurs trouvent actuellement dans l’Arctique des virus qui sont endormis dans le pergélisol depuis des dizaines de milliers d’années. Ça a été le cas récemment avec un virus géant dont on évalue l’âge à 30 000 ans. Ce virus semble infecter spécifiquement des amibes, ce qui ne pose pas d’inquiétude à prime abord. En revanche, avec le réchauffement du climat dans l’Arctique, on craint la résurgence de virus qui auraient pu infecter certains de nos ancêtres comme l’homme de Neandertal ou encore de virus inconnus qui pourraient subir des mutations et infecter les humains modernes, causant une pandémie dévastatrice.

 Lorsque les scientifiques ont voulu connaître la signature génétique du virus de la grippe espagnole, qui a fait autant de victimes entre 1918 et 1920 que la première guerre mondiale, des chercheurs américains sont allés en Alaska exhumer des tissus gelés d’une victime enterrée dans le pergélisol. Naturellement, cela s’est fait dans des conditions de sécurité maximales pour éviter de répandre ce virus mortel. Ce ne sont pas les mêmes conditions qui prévalent pour des travaux de forage par exemple.

On pourrait ainsi remettre en circulation des virus inconnus. Plus grave encore, des virus libérés du pergélisol par le dégel pourraient infecter des oiseaux migrateurs qui se nourrissent dans les étangs de la toundra. Les canards et les oies sont des vecteurs de virus transmissibles à l’homme ou à des animaux domestiques comme les poulets ou les porcs. Ces derniers sont des hôtes intermédiaires de la grippe par exemple. La menace que représentent ces virus est encore inconnue, mais il s’agit sans doute d’un des enjeux sanitaires les plus préoccupants du réchauffement climatique.

Claude Villeneuve
Professeur titulaire
Directeur de la Chaire en éco-conseil