Archives pour la catégorie Actualités

Les municipalités et les Premières Nations participeront à des projets conjoints de gestion des matières résiduelles solides

Ottawa, le mardi 4 octobre – La Fédération canadienne des municipalités (FCM) invite les municipalités et les Premières Nations à faire une demande au nouveau Projet de partenariats en infrastructures communautaires (PPIC) pour mettre en oeuvre des projets de gestion des matières résiduelles solides.

CIPP_communiqué_4oct2016

Ni l’un, ni l’autre

Le gouvernement du Canada a annoncé qu’il ne changerait pas sa cible de réduction des gaz à effet de serre (GES) à l’horizon 2030 pour répondre à l’Accord de Paris. Ce recul apparent d’ambition n’est pas anodin. Le développement de l’économie canadienne, axé sur l’extraction de ressources naturelles pour les marchés d’exportation a imprimé une empreinte forte qui se traduit aujourd’hui par une difficulté de changement d’autant plus grande qu’on a beaucoup investi dans ce modèle non soutenable.

Il y a cinquante ans, j’apprenais à l’école que l’amiante était un minéral merveilleux, porteur d’avenir pour de multiples secteurs industriels en raison de ses propriétés ignifuges, isolantes, textiles, etc. On en voyait partout. Le marché semblait illimité. En plus, le Québec disposait des plus grands gisements d’amiante du « monde libre » et il était source de prospérité pour la région d’Asbestos. En 1977, le Gouvernement du Québec a nationalisé une partie de l’industrie pour profiter de l’aubaine. C’était une erreur. À mesure que les effets sur la santé des travailleurs et sur la qualité de l’air intérieur de l’amiante ont été connus, des restrictions de plus en plus fortes se sont mises en place un peu partout dans le monde. Le commerce de l’amiante est devenu plus difficile, donc moins rentable. Aujourd’hui, il y a toujours des réserves d’amiante au Québec, mais si on en trouve dans un édifice, il faudra payer des sommes faramineuses pour s’en débarrasser.

Le pétrole et les autres carburants fossiles ont été au cœur du développement industriel du dernier siècle. À juste titre, posséder des réserves de pétrole était un avantage économique, à condition de pouvoir rejoindre les marchés.  Depuis plus de trente ans, l’enjeu des changements climatiques et la qualité de l’air des villes pèsent sur l’avenir du pétrole comme carburant. Il est scientifiquement établi que nous ne pouvons plus continuer sur la même tendance de consommation toujours accélérée. Pis encore, les scientifiques nous ont clairement démontré que pour la sauvegarde des équilibres planétaires, il fallait que nous devenions rapidement moins dépendants des carburants fossiles, quitte à ce que les réserves actuellement connues restent sous terre, où elles ne posent aucun problème pour l’environnement.

Actuellement, deux projets sont présentés dans le débat public comme des enjeux de développement économique : « Énergie est » pour le transport de brut des sables bitumineux d’Alberta vers l’Atlantique et l’exploration pétrolière à Anticosti pour déterminer d’éventuels paramètres d’exploitation de cette ressource au Québec. Une certaine opposition se manifeste localement en raison des impacts environnementaux présumés en cas de déversement ou pour le tribut que l’exploitation porterait à notre patrimoine naturel. Nous ne discuterons pas du bien fondé de ces arguments. La question est ailleurs. Le pétrole n’est plus une ressource d’avenir et à mesure qu’on diminuera la demande pour ce produit, les ressources connues deviendront largement suffisantes pour les besoins décroissants de l’économie du futur.

Trouver un gisement d’amiante aujourd’hui n’est pas une nouvelle qui fera augmenter la valeur d’une entreprise. Dans trente ans, il en sera possiblement de même avec les gisements de pétrole non conventionnels. La construction du pipeline « Énergie est » créera une pression sur l’exploitation de nouveaux projets en Alberta. L’extraction de pétrole de schiste à Anticosti sera chère et risquée. Les deux contribueront à augmenter les émissions de GES du Canada. Le fardeau sera reporté sur tous les autres secteurs de la société.

Les ressources minérales sont infiniment patientes. La bonne décision est donc de ne faire ni l’un ni l’autre de ces projets. Si l’économie du futur demande une transition énergétique, il faut agir maintenant sous peine de traîner nos passifs encore longtemps.

Claude Villeneuve, Professeur titulaire, Directeur de la Chaire en éco-conseil, Département des sciences fondamentales, Université du Québec à Chicoutimi, claude_villeneuve@uqac.ca, 418-545-5011 #5059

Il faut faire la différence !

Des chroniqueurs de l’ouest canadien considèrent que les réticences du Québec au passage du pipeline « Énergie Est » sur son territoire sont un geste discourtois, voire malintentionné qui menace les emplois et le développement économique en Alberta. On apporte comme argument « Que dirait le Québec si une autre province s’opposait au passage de son électricité ? ». Cet argument démontre une ignorance profonde des règles du commerce de l’énergie au Canada. En effet, si le transport du gaz et du pétrole sont de juridiction fédérale, le transport de l’électricité est régi lui par des règles provinciales. Cela change profondément les règles du jeu et on ne peut pas confondre l’un et l’autre.

Le transport des hydrocarbures est soumis à l’approbation de l’Office national de l’énergie, un organisme fédéral, alors que la construction d’une ligne à haute tension est soumise à l’approbation de la Régie de l’énergie du Québec et au processus du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). On a d’ailleurs vu que le promoteur du pipeline a fait preuve de beaucoup de réticences pour comparaître devant le BAPE et que le Gouvernement du Québec a dû faire des entourloupettes pour donner l’impression qu’il avait un pouvoir quelconque sur l’autorisation de ce projet. En revanche, si le Québec voulait hypothétiquement traverser le Canada pour vendre ses surplus d’électricité dans une autre province (en supposant que les lignes existent), il pourrait le faire en payant pour chaque kilowattheure transporté un tarif équivalent à celui que les producteurs locaux doivent payer. Cet arrangement fonctionne aussi avec les Etats-Unis depuis 1995, lorsque les Etats-Unis ont obligé de scinder Hydro-Québec en HQ-Production, H-Q Transport et HQ-Distribution pour isoler les composantes du prix de l’électricité, permettant ainsi la réciprocité. Si un producteur américain réussit à établir un contrat de gros avec HQ Distribution, le prix du transport de l’électricité au kilomètre sera le même que pour un producteur québécois qui voudrait vendre à un distributeur américain. C’est un principe qu’on appelle le « wholesale wheeling », une dérèglementation du marché du gros. Cela a été établi dans les années 1990 suite à des expérimentations faites dans différents états américains pour réduire les coûts de l’électricité en brisant les monopoles.

La situation serait différente si un producteur d’électricité voulait traverser une province voisine avec une ligne électrique pour en desservir une troisième. Ce cas de figure se présenterait si, par exemple, on voulait traverser le Québec avec une ligne pour approvisionner le marché ontarien avec une nouvelle centrale comme Lower Churchill située au Labrador sans payer de redevances. C’est exactement l’analogie avec le transport des hydrocarbures. Le pipeline est propriété d’une entreprise privée, qui charge au producteur un tarif pour chaque baril transporté. Il n’y a aucune redevance pour le baril transporté qui revienne aux provinces et municipalités où passe le pipeline. Pourtant, elles doivent gérer les risques environnementaux et sociaux qui sont liés, non seulement à l’infrastructure, mais aussi aux produits transportés.

Le transport d’électricité et le transport de pétrole ne sont donc pas assimilables, ni en termes de règlementations, de risques et de nuisances environnementales. Leur contribution à l’économie des territoires traversés non plus. C’est particulièrement important dans un contexte où, en plus, l’impact du pipeline sur les projets d’extraction du pétrole des sables bitumineux en Alberta fera augmenter fortement les émissions de gaz à effet de serre, ce qui imposera des efforts de réduction supplémentaires pour tout le monde si on veut atteindre les cibles de l’Accord de Paris pour la lutte aux changements climatiques. Non seulement le Québec ne recevra rien, mais il devra s’imposer des coûts supplémentaires. N’est-ce pas normal d’y penser à deux fois ?

Claude Villeneuve, Professeur titulaire, Directeur de la Chaire en éco-conseil, Département des sciences fondamentales, Université du Québec à Chicoutimi, claude_villeneuve@uqac.ca, 418-545-5011 #5059

1ECC825- Intervention en éco-conseil

L’objectif général du cours est de familiariser les étudiants aux approches méthodologiques et d’intervention de l’éco-conseil, appliquées aux problématiques socio-écologiques. Le cours propose une approche originale de co-enseignement où plusieurs chargés de cours mettent en synergies leurs différentes compétences afin d’aborder ces problématiques dans le paradigme de la pensée complexe.

L’approche pédagogique d’apprentissage par problèmes est organisée de manière à diversifier les stratégies pédagogiques : co-construction des apprentissages, la pédagogie participative, récits de pratique, l’apprentissage par les pairs.

Plusieurs liens seront faits  avec la pratique à travers différentes thématiques et méthodologies d’intervention : pensée cycle de vie, analyse de développement durable, évaluation multicritère, processus participatifs et de dialogue, analyse des catégories de discours, transition, etc. L’objectif est donc une initiation à la pratique réflexive.

http://cours.uqac.ca/1ECC825

Pour information, n’hésitez pas à communiquer avec :

Karen Blackburn
Secrétaire de module ou programme d’études avancées
Département des sciences fondamentales
Local P4-2320
Université du Québec à Chicoutimi
555, boul. de l’Université
Chicoutimi (Québec) G7H 2B1

Présentation de Claude Villeneuve et de Georges Lanmafankpotin au forum politique de haut niveau New-York le 19 juillet 2016

Présentation de Claude Villeneuve et de Georges Lanmafankpotin : Présentation-NY_19juillet 2-16

« Hier, au siège des Nations Unies à New-York, je faisais avec mon collègue Georges Lanmafankpotin, la présentation de nos nouveaux outils d’analyse et de priorisation des Objectifs de développement durable (ODD) du Programme pour le développement durable à l’horizon 2030  (PDD-H2030). Ce programme adopté l’an dernier par l’Assemblée générale des Nations Unies est issu de la volonté exprimée au terme du Sommet Rio+20 en juin 2012. Le programme précédent, dit des Objectifs du Millénaire se terminant en 2015, il fallait une nouvelle direction pour orienter la gouvernance mondiale, nationale et locale vers une meilleure intégration de la complexité des enjeux de développement durable en vue de marquer un réel progrès d’ici 2030.

 Il faut comprendre que pour la majorité des indicateurs suivis par le Programme des Nations Unies sur l’Environnement, la situation mondiale s’est détériorée. Même si la proportion de la population mondiale vivant dans la pauvreté a légèrement fléchi, le nombre de personnes disposant de moins de 1,25$US par jour, sans eau potable ni électricité est encore intolérablement élevé. Pendant que les très riches s’enrichissent toujours plus vite, la précarité de l’existence des pauvres agrandit les disparités, ce qui menace la stabilité politique et fragilise l’économie mondiale. Un peu partout, les régions se dévitalisent à mesure qu’on les contraint au simple rôle de pourvoyeuses de ressources et les gens migrent vers des villes de plus en plus grandes dans l’espoir d’un avenir meilleur. Bref, l’idéal du développement durable est encore loin devant.

 Ce constat n’est pas nouveau pour nous au Saguenay-Lac-Saint-Jean et,  dès la fin des années 1980, des gens dévoués ont essayé de comprendre comment on pouvait contrer ces tendances. L’initiative de la Région Laboratoire du Développement Durable initiée en 1991 et l’Université d’été internationale francophone sur le développement durable, tout comme le congrès Nikan tenu à Jonquière en 1997 nous ont permis d’initier la construction d’une grille d’analyse de développement durable (GADD) qui a été perfectionnée et testée dans divers pays du monde et qui a fait l’objet , depuis 1999, de huit versions dont la dernière, parue en mai 2016 intègre l’ensemble des ODD déterminés par les Nations Unies et permet pour des pays avancés comme le Canada, mais aussi pour les pays en développement, de répondre au PDD-H2030 à l’échelle locale, régionale, nationale et supranationale. La GADD permet la participation des parties prenantes à la planification, à la mise en œuvre et à l’évaluation des politiques, stratégies, programmes et projets de développement durable. On peut la télécharger gratuitement avec son guide d’utilisation à http://ecoconseil.uqac.ca.

 Il y a 17 ODD qui forment un réseau complexe dans lequel on retrouve 169 cibles. Il est bien connu que quand on court plusieurs lièvres à la fois, le civet risque d’être mince… C’est ainsi qu’est apparu le besoin d’établir des priorités entre les cibles des ODD. Ce besoin nous a été présenté lors d’un exercice national tenu au Sénégal en juillet dernier. Dans notre partenariat avec l’Institut de la Francophonie pour le développement durable, la Chaire en éco-conseil a élaboré un nouvel outil permettant de prioriser les cibles des ODD en tenant compte de leurs synergies et de leurs antagonismes. Cet outil a débuté sa période expérimentale au Burkina Faso, au Togo et au Bénin, à l’échelle nationale et même au niveau des communes. L’outil est très prometteur comme en témoignent les expériences relatées dans le numéro 102 de la revue Liaison énergie Francophonie que nous avons remis aux participants de notre conférence et que vous pouvez télécharger gratuitement sur le site de la chaire.

 S’il fallait une preuve que la recherche faite dans notre université peut être à l’échelle mondiale, je crois qu’il s’agit là d’un exemple probant ».

Chronique de Claude Villeneuve dans le Quotidienne 19 juillet 2016


Nouveau Programme court en Analyse systémique de durablité (ASD)

L’UQAC lance, à l’automne 2016, un nouveau Programme court en Analyse systémique de durabilité (ASD). L’ASD se veut un champ de compétence émergent qui permet de mettre en perspective les dimensions multiples du développement durable, les synergies et antagonismes entre les objectifs et les moyens de mise en œuvre pour les atteindre, l’identification des compétences nécessaires et la mesure des progrès accomplis. Elle implique également de communiquer efficacement les éléments déterminants pour susciter l’adhésion et la participation des parties prenantes.

Ce programme est une réponse à l’appel et aux besoins d’opérationnalisation de la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030  (PDD-H2030) des Nations Unies. Le caractère universel du PDD-H2030 appelle tous les pays à se doter d’un Programme national de développement durable et de faire rapport régulièrement d’ici 2030. La Stratégie fédérale de développement durable du Canada ainsi que la Stratégie gouvernementale de développement durable du Québec s’inscrivent dans ces outils de planification. Ce programme s’adresse à tous les professionnelles et professionnels de développement durable, aux experts, professionnels, cadres et responsables de planification, de mise en œuvre, de suivi, d’évaluation et de reddition des comptes sur des politiques, stratégies, programmes et projets (PSPP) de développement. Il répond aux besoins de compétences liés à la planification des programmes de développement durable et la reddition de comptes à propos d’enjeux environnementaux, économiques, sociaux, culturels et de gouvernance.

Le programme de cinq cours comprend deux cours en présentiel (cours 1 et 5 ) et trois cours entièrement à distance (cours 2, 3 et 4). Les cours en présentiel se dérouleront dans une formule intensive sur deux semaines à l’Université du Québec à Chicoutimi. Les étudiants seront formés aux outils de l’ASD avec une emphase sur la version 2016 de la Grille d’analyse de développement durable adaptée aux ODD et la Grille de priorisation des cibles des objectifs de développement durable.

Quinze crédits répartis sur cinq cours pour vous permettre d’intégrer l’ASD dans vos contextes respectifs, afin de concevoir et d’évaluer la portée des PSPP en termes de développement durable, en inscrivant votre action dans la perspective du PDD-H2030 :

  • Cours 1- Analyse systémique de durabilité : fondements et méthodes : Initiation à l’ASD et à la manipulation de ses principaux outils.  Sanctionné par une attestation officielle, 3 crédits universitaires.
  • Cours 2- Champs d’application de l’analyse systémique de durabilité : Approfondissement des connaissances  sur les champs d’application de l’ASD pertinents aux pratiques professionnelles. 3 crédits universitaires.
  • Cours 3 (Préalable : cours 1) – Projet d’analyse systémique de durabilité 1 : conception du processus d’analyse : Projet d’application de terrain sur l’analyse d’une PSPP. Application des méthodes  d’ASD et conception de méthodologie d’analyse. 3 crédits universitaires.
  • Cours 4 (Préalable : cours 3) – Projet d’analyse systémique de durabilité 2 : analyse et interprétation : Projet d’application de terrain sur l’analyse d’une PSPP. Réalisation d’analyse avec un groupe d’analystes approprié, interprétation des résultats, rédaction du rapport d’analyse et regard critique sur le travail effectué. 3 crédits universitaires.
  • Cours 5 (Préalable : cours 4) – Communication sur l’analyse systémique de durabilité : Présentation des résultats d’analyse et soutenance de rapport d’ASD. Développement des compétences de formateurs de professionnels à l’analyse systémique de durabilité. Diplôme 2ième Cycle Court de l’UQAC, 3 crédits universitaires.

L’obtention des 15 crédits du programme court en ASD, jumelée au DESS en éco-conseil, donne accès à la maîtrise en sciences de l’UQAC.

IMPORTANT :

Veuillez prendre note que le programme court en ASD sera lancé à la condition d’avoir sept étudiant(e)s inscrits à la session d’automne 2016! La date limite pour faire une demande d’admission est le 24 août 2016. Les cours 1 et 2 seront offerts à la session d’automne 2016. Le cours 1 se déroulera à l’Université du Québec à Chicoutimi du 11 au 20 octobre 2016. Le cours 2 se fait à distance et suivra le calendrier de la session d’automne 2016 de l’UQAC (29 août au 19 décembre 2016).

Pour information, n’hésitez pas à communiquer avec :

Karen Blackburn
Secrétaire de module ou programme d’études avancées
Département des sciences fondamentales
Local P4-2320
Université du Québec à Chicoutimi
555, boul. de l’Université
Chicoutimi (Québec) G7H 2B1

418 545-5011, poste 2468
karen_blackburn@uqac.ca