Archives pour la catégorie Actualités

Présentation de Claude Villeneuve et de Georges Lanmafankpotin au forum politique de haut niveau New-York le 19 juillet 2016

Présentation de Claude Villeneuve et de Georges Lanmafankpotin : Présentation-NY_19juillet 2-16

« Hier, au siège des Nations Unies à New-York, je faisais avec mon collègue Georges Lanmafankpotin, la présentation de nos nouveaux outils d’analyse et de priorisation des Objectifs de développement durable (ODD) du Programme pour le développement durable à l’horizon 2030  (PDD-H2030). Ce programme adopté l’an dernier par l’Assemblée générale des Nations Unies est issu de la volonté exprimée au terme du Sommet Rio+20 en juin 2012. Le programme précédent, dit des Objectifs du Millénaire se terminant en 2015, il fallait une nouvelle direction pour orienter la gouvernance mondiale, nationale et locale vers une meilleure intégration de la complexité des enjeux de développement durable en vue de marquer un réel progrès d’ici 2030.

 Il faut comprendre que pour la majorité des indicateurs suivis par le Programme des Nations Unies sur l’Environnement, la situation mondiale s’est détériorée. Même si la proportion de la population mondiale vivant dans la pauvreté a légèrement fléchi, le nombre de personnes disposant de moins de 1,25$US par jour, sans eau potable ni électricité est encore intolérablement élevé. Pendant que les très riches s’enrichissent toujours plus vite, la précarité de l’existence des pauvres agrandit les disparités, ce qui menace la stabilité politique et fragilise l’économie mondiale. Un peu partout, les régions se dévitalisent à mesure qu’on les contraint au simple rôle de pourvoyeuses de ressources et les gens migrent vers des villes de plus en plus grandes dans l’espoir d’un avenir meilleur. Bref, l’idéal du développement durable est encore loin devant.

 Ce constat n’est pas nouveau pour nous au Saguenay-Lac-Saint-Jean et,  dès la fin des années 1980, des gens dévoués ont essayé de comprendre comment on pouvait contrer ces tendances. L’initiative de la Région Laboratoire du Développement Durable initiée en 1991 et l’Université d’été internationale francophone sur le développement durable, tout comme le congrès Nikan tenu à Jonquière en 1997 nous ont permis d’initier la construction d’une grille d’analyse de développement durable (GADD) qui a été perfectionnée et testée dans divers pays du monde et qui a fait l’objet , depuis 1999, de huit versions dont la dernière, parue en mai 2016 intègre l’ensemble des ODD déterminés par les Nations Unies et permet pour des pays avancés comme le Canada, mais aussi pour les pays en développement, de répondre au PDD-H2030 à l’échelle locale, régionale, nationale et supranationale. La GADD permet la participation des parties prenantes à la planification, à la mise en œuvre et à l’évaluation des politiques, stratégies, programmes et projets de développement durable. On peut la télécharger gratuitement avec son guide d’utilisation à http://ecoconseil.uqac.ca.

 Il y a 17 ODD qui forment un réseau complexe dans lequel on retrouve 169 cibles. Il est bien connu que quand on court plusieurs lièvres à la fois, le civet risque d’être mince… C’est ainsi qu’est apparu le besoin d’établir des priorités entre les cibles des ODD. Ce besoin nous a été présenté lors d’un exercice national tenu au Sénégal en juillet dernier. Dans notre partenariat avec l’Institut de la Francophonie pour le développement durable, la Chaire en éco-conseil a élaboré un nouvel outil permettant de prioriser les cibles des ODD en tenant compte de leurs synergies et de leurs antagonismes. Cet outil a débuté sa période expérimentale au Burkina Faso, au Togo et au Bénin, à l’échelle nationale et même au niveau des communes. L’outil est très prometteur comme en témoignent les expériences relatées dans le numéro 102 de la revue Liaison énergie Francophonie que nous avons remis aux participants de notre conférence et que vous pouvez télécharger gratuitement sur le site de la chaire.

 S’il fallait une preuve que la recherche faite dans notre université peut être à l’échelle mondiale, je crois qu’il s’agit là d’un exemple probant ».

Chronique de Claude Villeneuve dans le Quotidienne 19 juillet 2016


Nouveau Programme court en Analyse systémique de durablité (ASD)

L’UQAC lance, à l’automne 2016, un nouveau Programme court en Analyse systémique de durabilité (ASD). L’ASD se veut un champ de compétence émergent qui permet de mettre en perspective les dimensions multiples du développement durable, les synergies et antagonismes entre les objectifs et les moyens de mise en œuvre pour les atteindre, l’identification des compétences nécessaires et la mesure des progrès accomplis. Elle implique également de communiquer efficacement les éléments déterminants pour susciter l’adhésion et la participation des parties prenantes.

Ce programme est une réponse à l’appel et aux besoins d’opérationnalisation de la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030  (PDD-H2030) des Nations Unies. Le caractère universel du PDD-H2030 appelle tous les pays à se doter d’un Programme national de développement durable et de faire rapport régulièrement d’ici 2030. La Stratégie fédérale de développement durable du Canada ainsi que la Stratégie gouvernementale de développement durable du Québec s’inscrivent dans ces outils de planification. Ce programme s’adresse à tous les professionnelles et professionnels de développement durable, aux experts, professionnels, cadres et responsables de planification, de mise en œuvre, de suivi, d’évaluation et de reddition des comptes sur des politiques, stratégies, programmes et projets (PSPP) de développement. Il répond aux besoins de compétences liés à la planification des programmes de développement durable et la reddition de comptes à propos d’enjeux environnementaux, économiques, sociaux, culturels et de gouvernance.

Le programme de cinq cours comprend deux cours en présentiel (cours 1 et 5 ) et trois cours entièrement à distance (cours 2, 3 et 4). Les cours en présentiel se dérouleront dans une formule intensive sur deux semaines à l’Université du Québec à Chicoutimi. Les étudiants seront formés aux outils de l’ASD avec une emphase sur la version 2016 de la Grille d’analyse de développement durable adaptée aux ODD et la Grille de priorisation des cibles des objectifs de développement durable.

Quinze crédits répartis sur cinq cours pour vous permettre d’intégrer l’ASD dans vos contextes respectifs, afin de concevoir et d’évaluer la portée des PSPP en termes de développement durable, en inscrivant votre action dans la perspective du PDD-H2030 :

  • Cours 1- Analyse systémique de durabilité : fondements et méthodes : Initiation à l’ASD et à la manipulation de ses principaux outils.  Sanctionné par une attestation officielle, 3 crédits universitaires.
  • Cours 2- Champs d’application de l’analyse systémique de durabilité : Approfondissement des connaissances  sur les champs d’application de l’ASD pertinents aux pratiques professionnelles. 3 crédits universitaires.
  • Cours 3 (Préalable : cours 1) – Projet d’analyse systémique de durabilité 1 : conception du processus d’analyse : Projet d’application de terrain sur l’analyse d’une PSPP. Application des méthodes  d’ASD et conception de méthodologie d’analyse. 3 crédits universitaires.
  • Cours 4 (Préalable : cours 3) – Projet d’analyse systémique de durabilité 2 : analyse et interprétation : Projet d’application de terrain sur l’analyse d’une PSPP. Réalisation d’analyse avec un groupe d’analystes approprié, interprétation des résultats, rédaction du rapport d’analyse et regard critique sur le travail effectué. 3 crédits universitaires.
  • Cours 5 (Préalable : cours 4) – Communication sur l’analyse systémique de durabilité : Présentation des résultats d’analyse et soutenance de rapport d’ASD. Développement des compétences de formateurs de professionnels à l’analyse systémique de durabilité. Diplôme 2ième Cycle Court de l’UQAC, 3 crédits universitaires.

L’obtention des 15 crédits du programme court en ASD, jumelée au DESS en éco-conseil, donne accès à la maîtrise en sciences de l’UQAC.

IMPORTANT :

Veuillez prendre note que le programme court en ASD sera lancé à la condition d’avoir sept étudiant(e)s inscrits à la session d’automne 2016! La date limite pour faire une demande d’admission est le 24 août 2016. Les cours 1 et 2 seront offerts à la session d’automne 2016. Le cours 1 se déroulera à l’Université du Québec à Chicoutimi du 11 au 20 octobre 2016. Le cours 2 se fait à distance et suivra le calendrier de la session d’automne 2016 de l’UQAC (29 août au 19 décembre 2016).

Pour information, n’hésitez pas à communiquer avec :

Karen Blackburn
Secrétaire de module ou programme d’études avancées
Département des sciences fondamentales
Local P4-2320
Université du Québec à Chicoutimi
555, boul. de l’Université
Chicoutimi (Québec) G7H 2B1

418 545-5011, poste 2468
karen_blackburn@uqac.ca

Opérationnalisation du développement durable : quel rôle pour l’analyse systémique de durabilité ?

L’opérationnalisation du développement durable (DD) est une étape nécessaire pour l’avènement de nouveaux modes de développement plus respectueux des capacités des systèmes naturels et humains. L’analyse systémique de durabilité (ASD) est une approche pertinente pour piloter cette opérationnalisation.

Pour en savoir plus:

Programme ACFAS

634 – Opérationnalisation du développement durable : quel rôle pour l’analyse systémique de durabilité?

La Chaire en éco-conseil a publié une revue littérature sur les filières de gestion des biosolides de papetières et les défis concernant la quantification des émissions de gaz à effet de serre provenant de celles-ci.

Faubert, P., Barnabé, S., Bouchard, S., Côté, R., Villeneuve, C., 2016. Pulp and paper mill sludge management practices: What are the challenges to assess the impacts on greenhouse gas emissions? Resources, Conservation and Recycling 108, 107-133. doi: http://dx.doi.org/10.1016/j.resconrec.2016.01.007.

Réalisation d’une étude sur le potentiel de la biomasse forestière pour le chauffage institutionnel

26 mai 2015

La Chaire en éco-conseil a récemment réalisé pour le Réseau d’expertise et de valorisation en biomasse de La Matapédia la première analyse de cycle de vie comparative au Canada démontrant le potentiel de la biomasse forestière pour le chauffage institutionnel.

L’analyse de cycle de vie est une méthode d’évaluation des impacts environnementaux qui prend en compte tous les impacts de l’extraction des ressources, de leur transformation, de la fabrication, de l’utilisation et à la disposition des déchets incluant toute l’utilisation de l’énergie et le transport. L’étude a été réalisée avec des données primaires provenant de la Coopérative forestière de La Matapédia du CSSS de La Matapédia et a duré deux ans.

L’analyse du changement de la source d’énergie du chauffage au Centre de santé et de services sociaux de La Matapédia à Amqui « du berceau au tombeau » a démontré que la biomasse forestière résiduelle apporte des gains environnementaux significatifs, particulièrement pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre (2,4 fois moins), lorsque comparée avec l’utilisation de mazout (90% à l’électricité et à 10% au mazout) pour le chauffage d’un bâtiment institutionnel.

Réalisée selon la norme internationale ISO 14044, l’analyse a été révisée par une tierce partie indépendante et crédible, la firme montréalaise Quantis, pour être communiquée au public.

Pour plus de détails, voir http://uqactualite.uqac.ca/etude-biomasse-forestiere/.

Analyse de développement durable du Programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean

21 avril 2015

Rendu public aujourd’hui par la division Énergie électrique de Rio Tinto Alcan, le rapport d’analyse de développement durable (DD) du Programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean réalisé par la Chaire en éco-conseil a été est disponible à http://synapse.uqac.ca/rta-berges/rapports-rta-berges/.

 L’analyse de DD du Programme a été réalisée avec la Grille d’analyse de développement durable (GADD) de la Chaire (http://ecoconseil.uqac.ca/outils/) et a permis de le situer par rapport aux cinq dimensions du modèle de DD de la Chaire et de valider la prise en compte des 16 objectifs de la loi québécoise sur le développement durable.

Dix pistes de bonification prioritaires ont été retenues par les analystes à partir de la littérature scientifique et des interventions des parties prenantes. Sept de ces recommandations s’adressent au mandataire, alors que trois ne sont pas directement sous son contrôle et impliquent les riverains, les gouvernements locaux et le gouvernement du Québec. Ces pistes permettront à RTA, dont le programme n’a pas été conçu explicitement dans un objectif de DD, de nourrir son plan d’action dans une optique d’amélioration continue.

Pour la Chaire en éco-conseil, cette analyse a été l’occasion d’améliorer son outil d’analyse dans le cadre d’une recherche-action. Appréciée maintenant à l’échelle internationale, la GADD connaît un engouement avec l’adoption prochaine des objectifs de développement durable des Nations Unies.

Pour plus de détails, voir http://uqactualite.uqac.ca/rapport-danalyse-de-developpement-durable-du-programme-de-stabilisation-des-berges-du-lac-saint-jean-une-contribution-a-la-recherche-importante-pour-la-chaire-en-eco-conseil-de-luqac/

Contribution de près d’un million de dollars de Desjardins au projet Carbone boréal

26 février 2015

Résultat d’une entente de partenariat entre le mouvement coopératif et l’établissement d’enseignement supérieur, Desjardins a versé une importante contribution de près d’un million de dollars à l’Université du Québec à Chicoutimi pour son projet Carbone boréal, piloté par la Chaire en éco-conseil.

Pour chaque nouvelle inscription au relevé de compte virtuel Visa Desjardins, entre le 1er mai et le 31 décembre 2014, 5 $ ont été versés au Fonds de développement de l’UQAC pour le projet Carbone boréal. 195 581 personnes ont fait la transition des relevés papier aux relevés virtuels durant cette période, pour une contribution totale de 977 905 $.

Tel que le prévoyait l’entente, pour chaque nouvel adhérent, un arbre des plantations de recherche a été attribué à Desjardins et mis au registre officiel de Carbone boréal[1]. Grâce à son initiative exemplaire, Desjardins est ainsi associé à 195 581 arbres en forêt boréale. Ces derniers contribueront à la lutte aux changements climatiques au cours des 70 prochaines années en séquestrant près de 28 000 tonnes de CO2 atmosphérique, soit l’équivalent des émissions d’environ 5 000 voitures moyennes au cours d’une année.

Pour plus de détails, voir http://uqactualite.uqac.ca/desjardins-carbone-boreal/